ArTiSiS

Un peu de mécanique…pour les nuls comme moi ^^

J’ai sauté le pas…je ne voulais pas donner mon argent à un mécano pour le changement de mes plaquettes de freins sur ma Nissan 350Z (facture éstimée facile à plus de 400€ au total en comptant les plaquettes pour les quatre roues et la main d’oeuvre).
J’ai donc décidé de le faire moi-même pour économiser au moins la main d’oeuvre. De plus l’intérêt était de pouvoir mettre des plaquettes plus performantes que celles d’origines afin d’accrocher un peu plus en freinage puissant sur circuit Grin J’ai donc parcouru les forums automobiles sur le net afin de trouver ce que je cherchais et me suis lancé.

J’ai donc commandé en Angleterre les huit plaquettes de frein nécessaires à cette opération (bah oui deux plaquettes par étrier de frein…et quatre étriers… Razz )…la commande m’a coûté un peu moins de 150€, frais de port compris, pour des plaquettes EBC YellowStuff, plaquettes homologuées R90…donc homologuées pour rouler sur la route en France ; et plus mordantes que les plaquettes Brembo d’origine.
Bon ça c’était fais…mais pour un nul en mécanique comme moi le souci n’était pas de commander le matos, ça c’est facile, il suffit de donner son numéro de Carte Bleue Grin et ça je sais très bien faire Wink…non le problème vient du montage de ces nouvelles plaquettes en lieu et place des anciennes…car il ne faut pas oublier que les freinage est un p’tit peu important pour une voiture et je dois bien dire que si je me plantais je serais bien dans la merde ^^.

Alors let’s go…et je fais donc un p’tit tuto pour ceux que ça pourrait intéresser, car pour moi ça roule tip top avec mes freins qui freinent Grin Biensûr chaque frein possède ces caractéristiques propres et ce tuto ne sera pas forcément à 100% identique à ce qu’il faudra faire sur un autre type de frein mais les grandes lignes sont toujours les mêmes…Ce tuto est donc basé sur le remplacement de plaquettes de frein sur des freins équipés d’étriers Brembo, 2 et 4 pistons (arrière et avant respectivement).

La première chose à faire est d’avoir le matos qui va bien, histoire de commencer serein.

Outils nécessaires :

– tournevis plat
– chasse goupille
– pince multiprise
– cric
– chandelles (x2) ce n’est pas obligatoire mais c’est plus sécurisant une fois les roues enlevées
– clé à douille pour retirer et remettre les roues (ou croix, ou le truc fourni avec votre voiture pour changer les roues ^^)
– clé dynamométrique pour reserrer les écrous des roues à la fin (on peut faire sans mais c’est mieux avec ^^)

Pour débuter on fait comme pour changer une roue…bah oui car il faut enlever les roues pour atteindre les étriers de frein, jusque là pas de problème, tout le monde est censé savoir le faire. On lève donc la voiture avec le cric, on place une chandelle et on pose la voiture sur la chandelle ; ensuite on refait pareil de l’autre côté afin d’avoir en l’air l’arrière de la voiture…et donc de pouvoir accéder aux deux freins arrières. Mais pourquoi commencer par l’arrière…et bien juste parce que si on se plante c’est un peu moins grave car c’est les freins avant qui sont le plus solicité lors du freinage, c’est eux qui arrêtent la masse de la voiture, les freins arrières étant là pour accompagner tout ça. Donc c’est surtout la peur de se planter dans le montage qui m’a fait débuter par l’arrière, histoire de pouvoir arrêter sans risque si cela devait mal se passer Wink

On enlève donc les deux roues arrières afin de laisser l’accès aux étriers de frein. ne pas tout péter des deux côtés directement, l’avantage d’avoir les deux roues enlevées est qu’en laissant un système de freinage monté, on à un étalon pour remonter l’autre côté en cas de doute…on joue la sécurité à fond ; je rapelle que c’est de la mécanique pour les nuls donc on sécurise un maximum pour être sûr…la prochaine fois on foncera dans le tas direct Grin

Bocal_FreinsLa seule chose que l’on devra surveiller pendant toute la durée de notre opération est le niveau de liquide de frein dans le bocal qui se situe dans le compartiment moteur. En effet le rôle de ce « bocal » est de combler l’usure des plaquettes en rajoutant dans le circuit de freinage du liquide de frein…comme on change les plaquettes, c’est qu’elles sont usées donc moins épaisses qu’à l’origine, il en résulte donc que le bocal a vu son niveau de liquide diminuer au cours du temps, il est donc logique qu’un rajout de liquide de frein aie été fait, soit par vous-même soit par le garagiste au moment des révisions annuelles… Comme nous allons mettre des plaquettes neuves et donc plus épaisses que les actuelles mortes nous allons faire remonter le niveau de liquide dans le bocal et il risque donc d’y avoir un débordement de liquide de frein. Il faut donc enlever du liquide de frein au fur et à mesure que l’opération avance afin de finir avec le niveau MAX mais pas plus.
A vous donc de trouver où se trouve le bocal dans votre moteur…

Etrier_01Bon, nous voilà donc avec l’étrier de frein bien en vue…commençons donc en entrant dans l’action.
En regardant bien on repère deux petites goupilles empêchant deux tiges en métal de s’enlever. on commence donc logiquement par retirer les deux goupilles en questions (une par tige). Pour les retirer on peut s’aider du tournevis plat…oui en effet c’est sa seule utilité dans l’opération donc autant s’en servir Wink
Pas besoin de forcer comme un boeuf, ils sont assez simple à retirer…
Goupilles_01
Maintenant on passe logiquement au retrait des tiges en métal qui étaient bloquées par les goupilles. On commence par enlever celle du haut, puis on retire la plaque de métal qui se trouve entre les deux tiges.
Tige_01PlaqueTige_02
PinceLe but est maintenant de repousser les pistons dont le boulot est de plaquer les plaquettes sur le disque du frein. Pour se faire, on utilise la pince en prenant appuie sur l’étrier (on place du papier ou du carton afin d’éviter de rayer la peinture de l’étrier). On laisse pour faire ça les plaquettes, ça évite d’abimer les pistons. On appuie au niveau des tiges que l’on vient de retirer, sur les deux plaquettes de l’étrier. Après ça les plaquettes se retirent toute seule, il suffit de le prendre et hop c’est partie y’en a plus Grin.
Retrait_plaquettes_01Retrait_plaquettes_02Maintenant que l’étrier de frein est vidé de ses plaquettes, on peut voir les pistons apparaître (un piston de chaque côté pour moi sur les étriers arrières). S’il ne sont pas assez rentrer dans l’étrier, pas de problème on utilise un outils bien pratique que l’on appelle la main ; en appuyant on arrive sans forcer à rentrer les pistons au plus bas niveau dans l’étrier. Attention, il se peut que lorsque l’on appuie sur un piston, et c’est normal, l’autre pistons (ou les autres s’il y en a plus) ressorte un peu pour « compensser » donc pas d’inquiétude c’est normal…on refait donc ça jusqu’à ce que les pistons soient tous rentrés… Pendant ce temps on jette un oeil pour surveiller le niveau du liquide dans le bocal (on n’oublie pas hein), et si le niveau est trop haut alors on vide en faisant attention de ne pas foutre du liquide de frein partout car c’est un liquide très corrosif et donc très mauvais pour la peinture de la carrosserie, entre autre Razz
Les pistons étant bien rentrés on peut maintenant mettre les nouvelles plaquettes à la place des anciennes…et pour ça c’est très compliqué…il suffit de les glisser dans leur emplacement et……et c’est tout….bah oui vous vous attendiez à un truc impossible….désolé de vous décevoir ;-D mais ça m’a fait pareil quand je l’ai fait.
Remise_plaquettes_01Remise_plaquettes_02Remise_plaquettes_03Remise_plaquettes_04

Il ne reste plus maintenant qu’a refaire la manipulation en sens inverse pour ce qui est des tiges et goupilles enlevées au début. On replace donc la tige du bas (si tout est OK elle doit se glisser dans les trous de la plaquettes sans avoir à forcer). Ensuite on remet la plaque de métal comme elle était, et en appuyant sur celle-ci on remet la tige du haut.
Remise_tige_1Remise_plaqueRemise_tige_2
Biensûr, on remet à chaque fois la goupille qui va bien, afin de sécuriser la tige.
Voili voilou, le premier frein est prêt…on passe directement au deuxième, de l’autre côté de la voiture…la procédure est exactement la même…logique en fait Grin L’arrière est donc terminé. On remet donc les roues et on redescend la voiture au sol. On peut passer maintenant aux deux étriers avants. Pour eux c’est exactement pareil, donc je ne fait pas le détail, à part que (pour moi, chaque voiture étant différentes) pour les étriers avant je suis équipé en étriers 4 pistons (contre 2 à l’arrière)…mais ça ne change en rien la manipulation décrite ci-dessus, il faut juste rentrer plus de pistons dans les étriers et c’est tout.
AvantAprès
Et voilà maintenant quatre frein remis à neuf, et prêt à s’en prendre dans la gueule.
Mais avant toute chose un truc super important, après avoir revérifié le niveau de liquide de frein dans le bocal, ne pas oublier de remettre les pistons en place (et le plaquettes par la même occasion) en pompant avec la pédale de frein afin de remettre tout ça en place…sinon le premier freinage risque d’être le début d’un appel à votre assureur pour un freinage manqué Grin Le but est ici de « réarmer » en quelque sorte le circuit de freinage. On pompe donc quelques coups avec la pédale de frein, le moteur étant allumé afin que le système électronique qui gère tout ça soit actif.
Il ne reste plus qu’à roder les plaquettes ; on oublie donc le freinage de bourrin pendant quelques temps afin que les nouvelles plaquettes se fassent aux disques et que ces mêmes plaquettes atteignent leur capacité maximale…Selon les marques de plaquettes le rodage ne s’effectue pas de la même, en focntion notamment du matériau utilisé, donc le seul moyen de savoir comment faire est de lire ce que recommande le fabricant des plaquettes, il n’y a pas ici de règle générale.

De mon côté je resens un mieux au niveau du freinage, ça « accroche » mieux…mais le rodage est assez long sur les plaquettes EBC (il faut compter environ 200 km). Mais le résultat en vaut vraiment le coût Grin

Alors bonne route…

Comments are closed.

Lilian PAPIN en vrai de vrai…