ArTiSiS

Salles obscures pour geek en ce moment…!!!???!!!

Petit tour dans les salles obscures ce week-end pour un rendez-vous que j’attendais avec impatience : la renaissance de Tron, ce film de 1982 qui mêlait pour l’une des toutes premières fois la réalisation « classique » avec les images numériques…et quoi de mieux que mêler les deux pour un film qui traite d’un être humain envoyé au coeur de l’ordinateur, où les personnages sont des programmes informatiques…
Tron s’est donc vu affublé d’une suite presque 30 ans après : Tron l’héritage (bon OK le titre est tout pourri Grin )

Pour être vraiment honnête avec toi mon cher auditoire (ça fait bien, dit comme ça, hein Wink ), j’y allais avec la peur de tomber sur une pure daube, dont le marketing assourdissant ces derniers mois ne faisait qu’empirer l’idée. Et bien fort heureusement pour moi je m’étais trompé Yes !
Alors non ce film n’est pas une daube infâme, c’est même plutôt un film réussi. On retrouve, pour ceux qui avaient vu le film de 1982, la plupart des personnages du premier opus, mais l’univers à changer (une autre version du système diront certain Wink ). C’est finalement l’univers différent qui m’a le plus choqué ; on est face à quelque chose de moins « numérique », les droites et angles du premier volet ont laissé place à des décors plus « normaux », courbes, moins binaires ; l’évolution du graphisme numérique pourrait-on penser, mais j’avoue que le côté tranché du film de 82 m’a manqué un peu. Par contre, le côté coloré du film est toujours présent, ça flashe de partout, on s’en prend plein les yeux, et en 3D s’il vous plaît…bon c’est vrai que la 3D j’en suis pas un fan absolu, mais ça aurait été dommage de ne pas faire un film comme ça en version 3D. Mais les yeux, ce n’est pas tout, car on se prend aussi une bonne dose de son dans les esgourdes, principalement grace à une bande son magistrale ; big up ici à nos Daft Punk nationaux pour une composition aux p’tits oignons. Les Daft Punk qui font d’ailleurs une « apparition » en jouant un rôle qui leur est bien connu, celui de DJ…

Je me suis posé la question de savoir si le film aurait eu la même répercussion si je n’avais pas connu le premier opus, et bien je ne pense pas, il me semble difficile d’accrocher à « Tron l’héritage » si on ne connaît pas le film de départ. Non pas qu’il soit impossible de suivre ce film, car finalement il explique pas mal de choses au début pour permettre de rattraper le retard si on ne se souvient plus de l’histoire originelle (merci aux clins d’oeil bien appuyés…) ) ; mais le problème c’est que si on avait pas accrocher au premier, ou si on ne connaît pas le premier, le film peut sembler peut-être un peu lourd (même si ce film est moins emplie de termes « geek » à foison). Je pense que l’histoire ne peut être qu’intéressante que pour les aficionados de la première heure, la découverte de cet univers peut rebuter. Je conseillerais à tous ceux qui ne connaissent pas Tron (le film de 1982) et qui veulent voir « Tron l’héritage » de commencer par un visionnage du premier film (attention c’est kitch pour nos regards d’aujourd’hui Grin ) ; c’est à mon avis le meilleurs moyen de voir ce film avec un oeil intéressé.

Donc oui, je me suis régalé devant ce son et lumière, au scénario certe un peu mince, mais reprennant plutôt pas trop mal les bases posée par son illustre prédécesseur.

Comments are closed.

Lilian PAPIN en vrai de vrai…